© Elizaveta Konovalova 2019

2010

Rouleaux de moquette taillés aux dimensions réelles de voies urbaines, choisies selon la capacité spatiale du lieu d’exposition.

Ici : sept rues de Paris (rue de l’Abbé Migné (17,80m*6m); passage Beaufils (10m*3m); sentier Briens (15m*4m); rue Clémence Royer (13m*6m); rue des Degrès (5,75m*3,30m); passage Julien Lacroix (14m*4,5m); passage Vérité (11m*4m).

Installation dans l'atelier de Jean-Luc Vilmouth à l'Ecole des Beaux-Arts, Paris, exposition de fin d'études. 

L'espace ou j'étais amenée à présenter l'exposition de diplôme m'a paru si grand, que j'ai imaginé qu'une rue entière pouvait y rentrer. Au cours de la préparation de l'exposition j'ai voulu vérifier cette hypothèse. Mes recherches auprès de la Direction d'urbanisme de la Mairie de Paris ont abouti à une sélection de sept rues parisiennes susceptibles de s’insérer parfaitement dans cet espace.

En écho à la fantaisie de Borges qui a imaginé une carte du monde aussi grande que le monde même, ce travail propose une forme de cartographie particulière, à l'échelle 1:1 de son objet, ou les espaces urbains deviennent malléables et interpénétrables. Le côté miniature de certaines voies urbaines à l'échelle de la ville, apparait comme monumental lorsqu'elles se matérialisent dans un espace intérieur. 

L'installation peut s’adapter à divers espaces intérieurs. Le choix des rues est alors déterminé par la capacité spatiale du lieu d’exposition.